adhez

bachelot_hopital

Pourquoi il faut un IRM à l’Hôpital Edmond Garcin

Par le docteur Perrin Toinin, membre du bureau de la section du PCF d’Aubagne, la Penne, Cuges, Gémenos

1- L’IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique) est un examen radiologique dont les indications sont de plus en plus nombreuses, notamment en neurologie, en orthopédie ou en cancérologie. Les applications de l’IRM croissent de 14% par an sous l’effet de l’incidence accrue de certaines pathologies (cancers, accidents vasculaires cérébraux…) et du vieillissement de la population

2- L’IRM utilise un champ magnétique. Il n’apporte aucune irradiation à l’organisme, contrairement au scanner, qui utilise les rayons X comme la radiologie classique.

3- La dernière enquête de l’ISA (Imagerie Santé Avenir) montre que le délai moyen pour obtenir un rendez-vous d’IRM est de 34,6 jours en 2009. L’objectif du plan cancer 2, de 10 jours d’attente, est donc loin d’être atteint. Cela est du au retard qu’a pris notre pays en matière d’équipement : en janvier 2010, la France comptait 543 appareils d’IRM, soit 8,7 par million d’habitants. La France est donc deux fois moins équipée que le reste de l’Europe de l’ouest (17 IRM par million d’habitant en moyenne, 20 en Allemagne, 25 en Norvège).

4- A Aubagne, le seul appareil d’IRM disponible se trouve dans une clinique privée. L’hôpital public, avec ses 60 260 journées d’hospitalisation, ses 39 445 passages aux urgences, ses 4259 interventions chirurgicales (chiffres pour l’année 2008) ne possède toujours pas cet équipement pourtant indispensable. Le scanner de l’hôpital a permis de faire 13 285 examens en 2008. Certains de ces examens auraient pu être évités si on disposait de l’IRM. Et les patients auraient bénéficié des dernières techniques les plus performantes.

5- L’hôpital public souffre du désinvestissement de l’état et de la privatisation rampante instaurée par la loi HPST dite loi Bachelot : les chirurgies viscérale et orthopédique ont été regroupées dans la même unité ; la cardiologie attend un véritable plateau technique lui permettant de prendre en charge les urgences. Le bloc opératoire ne programme plus d’interventions gynécologiques pendant l’été, par manque de personnel ; l’hôpital n’est plus accrédité pour traiter les cancers du sein….et les personnels sont toujours de plus en plus sous pression.

6- Investir dans un IRM pour l’hôpital Edmond Garcin, c’est lui permettre d’augmenter son activité, au service de la santé de la population.

7- La balle est dans le camp du gouvernement. C’est lui, par l’intermédiaire de l’ARS (Agence Régionale de la Santé), qui autorise cette acquisition.

8- La balle est dans le camp des citoyens, des malades, des personnels de l’hôpital, qui par leur action, peuvent imposer un développement du service public, profitable à tout le bassin d’Aubagne et jusqu’à la Ciotat (dont le service de chirurgie est menacé de fermeture).

9- Les communistes de la section d’Aubagne, la Penne, Cuges et Gémenos soutiennent toute initiative allant dans le sens de la défense et du développement du service public

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Nous avons 113 invités et aucun membre en ligne

Compteur d'affichages des articles
3918825

Site réalisé et maintenu par des citoyens bénévoles.
Pour nous écrire, nous féliciter, nous gronder, nous proposer des idées, nous aider ou nous rejoindre... c'est par ici