adhez

logo_pcf2La Direction de CAMI a dit : « Salariés, augmentez la production et avant d’être licenciés, vous aurez une prime de 40%. Pour le plan social vous aurez le minimum prévu par la loi, car vous donner plus signifie dépôt de bilan »

Quelle honte !!!

Chiffre d’affaires (C.A.) multiplié par 7 depuis 1997, CAMI est partout dans le monde, son C.A.= 110 millions d’Euros en 2006.
Ces 26 licenciements ne sont pas économiques, mais boursiers. En fermant l’usine de production d’Aubagne, en gardant momentanément le personnel administratif et commercial, ce sont les autres usines du groupe qui vont voir leur production augmenter.

Mensonge quand ils mettent en avant la perte d’un client alors que ce dernier client « porte plainte pour rupture abusive de contrat ».
26 salariés virés, 21 propositions de reclassement sans aucune précision sur les conditions : où ? Comment ?...
Les milliards et la sécurité pour les banques et les gros actionnaires, l’incertitude et le chômage pour les salariés ! Ce qui signifie encore plus de misère dans notre pays.

Depuis 40 jours les « CAMI » sont en lutte, pas un mot du député Deflesselles. Comme Sarkozy le président du Pouvoir d’Achat qui était, resté 35 jours sans un mot pour la Guadeloupe. Notre député a été aux abonnés absents lors de la lutte des employés de France-Télécom d’Aubagne- centre et n’a rien dit sur sa fermeture. Mais il a voté pour :

  • le bouclier fiscal, qui limite l’impôt des plus riches.
  • la Loi Bachelot sur la santé,
  • la casse de l’école …

et il applaudit tous les mauvais coups contre les salariés.

Télécharger le tract éditer par les cellules du PCF de Saint Mitre et de Camp Major:

RECTO VERSO

Nous avons 84 invités et aucun membre en ligne

Compteur d'affichages des articles
4021943

Site réalisé et maintenu par des citoyens bénévoles.
Pour nous écrire, nous féliciter, nous gronder, nous proposer des idées, nous aider ou nous rejoindre... c'est par ici